La Corée du Nord tenterait d’assouplir son image sur le dossier nucléaire pour obtenir une aide économique

29 08 2011

(Philippe Pons, Le Monde 28/08/2011) A la suite de sa visite en Sibérie, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-il est passé, jeudi 25 août, en Chine du Nord-Est à bord de son train blindé. Selon l’agence Chine nouvelle, il doit faire dans cette région une « escale » sur le « chemin du retour ». Il n’a pas été précisé s’il aura des entretiens avec des dirigeants chinois.

Plusieurs projets de développement économiques conjoints entre la Chine et la République populaire démocratique de Corée (RPDC) sont en cours dans la région frontalière. C’est la quatrième visite en un an de Kim Jong-il en Chine.

D’éventuels entretiens avec les dirigeants chinois pourraient néanmoins apporter des éclaircissements sur les déclarations de Kim Jong-il en Russie. Selon la porte-parole du président Medvedev, celui-ci s’est déclaré prêt à une reprise sans conditions des pourparlers à six (Chine, deux Corées, Etats-Unis, Japon et Russie) sur la dénucléarisation de la RPDC et a proposé un moratoire sur les essais de missiles et les tests atomiques. […]

Une proposition trop vague

Selon Paik Haksoon, chercheur à l’Institut Sejong de Séoul, « le moratoire proposé par Pyongyang n’est pas le moratoire demandé par Séoul, Tokyo ou Washington comme préalable à une reprise des pourparlers, mais un élément de la négociation elle-même. Il n’en ouvre pas moins une fenêtre dans le processus de reprise de celle-ci ».

L’agence nord-coréenne de presse, KCNA, n’a pas mentionné la proposition de moratoire. Mais « le fait qu’elle a été annoncée au président Medvedev accroît sa crédibilité », estime Leonid Petrov, spécialiste de la RPDC à l’Université de Sydney. Séoul et Washington estiment que la proposition nord-coréenne est trop vague pour constituer « un progrès substantiel ». La question nucléaire nord-coréenne s’est encore compliquée depuis que le régime a annoncé, à la fin de l’année dernière, s’être doté, en plus de sa filière à base de plutonium, d’un programme d’enrichissement de l’uranium.

La Corée du Sud et les Etats-Unis craignent que Pyongyang ne veuille reprendre les négociations que pour obtenir une aide économique, dont le régime a impérieusement besoin. Kim Jong-il a promis qu’en 2012 – année du centième anniversaire de la naissance de son père, Kim Il-sung (mort en 1994) -, la RPDC entrera dans une nouvelle ère : celle d’un « pays fort et prospère ».


Actions

Information

One response

15 01 2012
Mary

Mary…

La Corée du Nord tenterait d’assouplir son image sur le dossier nucléaire pour obtenir une aide économique « Leonid Petrov’s KOREA VISION…




%d bloggers like this: