Ce que voulait Kim Jong-il

22 06 2012

Leonid Petrov (Asie21_n°52,_juin_2012, p.16-17)

FAITS

Le testament et les dernières volontés du leader nord-coréen Kim Jong-il, décédé le 17 décembre dernier, font l’objet de nombreux commentaires qui pourraient avoir des conséquences sur les relations intercoréennes. Deux think-tanks sud-coréens : l’Institut Sejong et le Centre d’information stratégique sur la Corée du Nord (NK Strategic Information Service Center) ont récemment révélé certaines parties du testament bien que ce dernier n’ait pas encore été formellement authentifié.

ENJEUX

Le testament présumé aurait été obtenu par l’intermédiaire d’une personne très proche d’un officiel nord-coréen de haut rang. Son contenu se résume selon les points suivants :

–              la Corée du Nord pourra faire la paix avec le Sud qu’une fois l’actuel président sud-coréen Lee Myungbak aura quitté le pouvoir. Quand le nouveau président sud-coréen prendra ses fonctions la Corée du Nord devra éviter la guerre et avancer main dans la main avec le Sud. Le but ultime est la réunification pacifique ;

–              les deux Corées devraient songer à rouvrir leurs réseaux ferroviaires, leurs routes et leurs voies maritimes ;

–              si les deux Corées entraient de nouveau en guerre, alors elles laisseraient l’ensemble de la péninsule totalement dévastée et loin derrière les autres pays. Cependant Kim Jong-il conseille à son successeur d’être militairement en position de force avant de reprendre le dialogue avec le Sud. Il rappelle aux futurs leaders nord-coréens qu’ils « doivent avoir en permanence en tête que le développement de l’arme nucléaire, des missiles à long portée et des armes chimiques sont les meilleurs moyens de maintenir la paix dans la péninsule coréenne et qu’ils ne doivent jamais baisser la garde » ;

– relations avec les États-Unis : la Corée du Nord « doit gagner la guerre psychologique en s’affirmant comme une puissance nucléaire légitime. Elle doit diminuer l’influence américaine dans la péninsule et faire en sorte que les sanctions internationales soient levées afin de créer les conditions du développement économique ». Elle doit revenir aux conversations à six mais seulement pour obtenir la reconnaissance officielle de son statut de puissance nucléaire.

– Il convient de noter que malgré tout le respect qu’il doit à la Chine, Kim Jong-il demande à ses concitoyens de rester vigilant en écrivant qu’ « historiquement la Chine a créé des difficultés pour notre pays. Il s’agit du pays qui a les relations les plus proches avec nous mais qu’il faudra toujours garder à l’œil. Gardez cela à l’esprit et faites attention. Évitez d’être exploités par la Chine ». Cette affirmation illustre en partie les relations difficiles qu’il entretenait avec la Chine, son principal et plus ancien allié.

– En dehors des questions internationales et de sécurité, Kim Jong-il a abordé trois autres sujets : la succession héréditaire, l’adhésion à la politique de priorité à l’armée et le rôle de l’énergie nucléaire dans le développement économique.

Comme prévu, son plus jeune fils Kim Jong-un a pris sa succession. Cependant c’est sa sœur cadette, Kim Kyong-hee, qui a été désignée comme exécutrice du testament. Elle est la secrétaire du Comité central du parti des travailleurs de Corée où elle supervise le secteur de l’industrie légère. De son côté Kim Jongun devrait être nommé Chef du comité national de défense au cours de l’année faisant suite à la lecture du testament. Aussi, s’il s’agit du vrai testament, nous devrions voir Kim Jung-un occuper le plus haut poste au sein de la République démocratique populaire de Corée au plus tard en décembre 2012. Dans l’intervalle, le jeune Kim a déjà été promu au grade de général quatre étoiles, commandant suprême de l’armée du peuple, Premier secrétaire du parti des travailleurs et Premier président de la Commission nationale de défense.

Le testament indique aussi que les enfants de Kim Jong-il issus de précédents mariages devront être protégés. Il demande une attention particulière pour son fils aîné Kim Jung-nam qui a eu  ’autorisation de mener une vie confortable à l’étranger. Kim Seol-song sa fille issue de son premier mariage devra également jouir d’un statut à part. Ces initiatives ont pour but de permettre à la famille de rester unie et de renforcer la dynastie Kim en limitant les conflits internes. En conséquence Kim Jong-nam pourra continuer de vivre en Chine et n’aura pas besoin de demander l’asile à la Corée du Sud ou aux États-Unis. De son côté, Kim Seol-song ne se positionnera pas comme une rivale de ses demi-frères Kim Jong-un et Kim Kong-cheol. Par ailleurs, les fonds placés dans le coffre n°216 de Samcheonri doivent être transférés à Kim Jong-un tandis que le reste doit être placé sous l’autorité de Kim Kyong-hee. Elle et son mari Jang Seong-taek ont été nommés conseillers politiques en chef de Kim Jong-un. Comme exécutrice testamentaire, Kim Kyong-hee bénéficie d’une influence remarquable sur Kim Jong-un. Kim Jong-il souhaitait promouvoir d’autres conseillers militaires et économiques auprès de son successeur mais ces derniers n’ayant pas l’autorité suffisante pour prendre des décisions importantes continueront de jouer les seconds rôles.

COMMENTAIRES PROSPECTIFS

La plupart des observateurs de la Corée du Nord s’interrogent toujours sur la véracité du document. Aucun consensus n’a été dégagé mais le « testament de Kim Jong-il » aide à comprendre la situation actuelle en Corée du Nord et nous dit beaucoup sur la direction que le pays devrait prendre (propriété asie21). Il permet de mieux appréhender des actions difficilement explicables prises par les Nord-Coréens après la mort de Kim Jong-il. Ainsi la virulente campagne anti Lee Myung-bak s’inscrit dans l’idée qu’aucun dialogue ne sera possible avec la Corée du Sud tant que le Président sud-coréen n’aura pas quitté ses fonctions. De même, le récent lancement d’un missile balistique, aussi illogique qu’il puisse paraître, apparaît comme un calcul où le régime préfère sacrifier l’aide alimentaire et ses relations extérieurs au rehaussement de son prestige auprès de la population à la veille du centième anniversaire de la naissance de Kim Il-sung.

Plus important, le « testament de Kim Jong-il » qu’il soit vrai ou faux met l’accent sur l’importance des relations intercoréennes et encourage aussi bien les Coréens du Nord que du Sud à reprendre le dialogue et la coopération. Malgré une rhétorique belliqueuse que les responsables instrumentalisent pour des gains politiques immédiats, l’objectif à terme reste la paix et la sécurité.

Cela ne pourra se faire que si Seoul et Pyongyang font un pas vers la réconciliation et qu’elles reconstruisent la confiance et le respect mutuel.

www.asie21.com


Actions

Information




%d bloggers like this: